Archive for the ‘Vie quotidienne’ Category

Souviens-toi l’été dernier

samedi, juillet 17th, 2010

Ou plutôt, souviens-toi de ton dernier été dans le Wisconsin. Eh, oui, toutes les bonnes choses ont une fin et notre séjour aux Etats-Unis touche à sa fin donc, petit flash-back sur nos occupations avant le grand départ.

Tout d’abord, combattre la chaleur. Comme les années précédentes la météo nous a réservé quelques jours de grosses chaleurs et la maison climatisée, c’est sympa 2 minutes mais avec les 2 loulous plein de vie, il faut penser à sortir.

1ère option: une baignade dans le lac. Notre plage préférée, c’est Vila’s beach, à côté du zoo. Ca doit être la plage la plus sûre du monde, un sauveteur tous les 50m pour une plage sur un lac…

Prête pour le remake d’Alerte à Malibu la sauveteuse derrière Alban!

Thomas est toujours le premier à se jeter à l’eau.

Elle est fraiche! Un petit fouetté de jambe pour se revigorer les arpions

Alban y va à son rythme mais au final, on a du mal à le faire sortir!

Salut les beaux gosses! I’m a poor lonesome swimmer

Malheureusement, la prolifération de volatiles et leur déjections combinée avec la chaleur entraîne parfois la fermeture de la plage (pour cause de niveau d’E. coli au-delà du sanitairement acceptable). Il y a donc la 2ème option: le waterpark de Middleton.

Rien de comparable aux waterparks de Wisconsin Dells avec toboggan et rivières à descendre en bouées, mais quelques jets d’eau suffisant pour s’asperger copieusement.

Il pleut, il mouille! Dans le Wisconsin, pas de pétrole, mais des jets d’eau!

Thomas est fan bien que l’eau soit très fraiche. Alban, refroidi par la température de l’eau et l’agitation repart sans un poil de mouillé…

Sortez-moi de cette serviette, je veux y retourner! C’est cela oui

La 3ème option est de loin ma préférée. Elle ne requiert aucun déplacement et elle est double usage: amusement des enfants/arrosage de la pelouse. Il s’agit du sprinkler!

Le principe est simple, on relie le bestiau au tuyau d’arrosage, on allume l’eau et ensuite, c’est sauve qui peut!

Observation… … réaction! A la douche!

Alban est fan, sauf quand il se fait attaquer par Cédric!

Hiiii!!! C’est pas du jeu!

Bien sûr, il pige le truc très vite et sur qui il se venge?

Je suis le maître du … sprinkler (pour commencer, c’est déjà pas mal) L’arrosé arroseur, vous connaissez?

Thomas veut lui aussi dompter la bête. Il approche sans peur.

Même pas peur!

Et s’en prend plein la tronche…

Plein…  … la … … tronche!

Et il en redemande!

A l’attaque! C’est l’éclate! Lache-moi, je vais dompter la bête!

En secours, on a même le sprinkler du pauvre: le vapo qu’Alban manie comme un pro. A sa place, je me méfierai quand même de Thomas prêt à prendre sa revanche…

Je me rends, je me rends! Je crois qu’il reste un petit coin de dos encore sec. Je tiens ma revanche!

Afin de combiner lutte contre la chaleur et visite du Wisconsin, on est allé visiter Cave of the Mounds (la grotte de la montagne). On a pu admirer la campagne du Wisconsin dont on ne se lasse pas.

Tatatala, tatala, tatatala, tatatatatatala… Alors, vous avez reconnu l’air du générique de la Petite Maison dans la Prairie?

On a aussi fait une halte dans ma chaine de fast food préférée: Culver’s. A part dans le Midwest, c’est pas hyper développé et je pense militer pour l’implantation d’un Culver’s en France, à proximité de notre futur domicile. Leur burgers sont super bons (rien à voir avec le Mac Do ou le Burger King) et surtout, ils ont une carte de glace délicieuses avec des parfums complètement délirants (glace au cheesecake à la cerise, à l’Oreo à la menthe, …). Et même un parfum du jour! Et puis, ça fait un peu dinner, on t’apporte ton repas à table. Je ne parle même pas de la gentillesse du personnel, Alban a changé 2 fois d’avis pour choisir sa glace, le serveur a refait à chaque fois selon les désidérata de son Altesse et nous a filé les 2 autres glaces gratos. Entre ça et la vue sur les tracteurs par la fenêtre, on a passé un repas parfait!

Culver’s + John Deere, un concentré de Midwest Get Culverized! Miam le nugget de poulet!

Bref, le but de la visite c’était quand même la visite de la grotte et c’était génial. On a suivi la piste des empreintes et des fossiles pour arriver du parking à l’entrée:

Suivez la piste!  Je crois que je tiens un indice!

On a commencé par un film de présentation du site, de la formation de la grotte, de sa découverte,… Première frayeur pour Alban qui n’a plus voulu décoller de mes bras. Thomas n’en mène pas large non plus.

Pourquoi il fait tout noir?

Une fois dans la grotte, Thomas se décontracte et finit par arpenter les lieux très à l’aise. Alban refuse qu’on le pose par terre mais ne perd pas une miette du spectacle qui est magnifique.

Des “drapés” Les stalagtites et stalagmites se sont rejoint pour faire une colonne Il y a même une rivière souterraine

Après avoir visité l’intérieur, nous profitons de l’extérieur où la flore de la Prairie a été reconstituée.

Je vous rechante le générique de la Petite Maison dans la Prairie ou vous l’avez encore dans la tête? Escalade de l’escalier, Thomas adore! Un Alban est caché sur cette image, sauras-tu le retrouver?

Nous jouons également aux orpailleurs. Tout a été prévu: tamis, eau et sac à malice vendu à la boutique. La méthode est simple: on choisit un tamis, on verse le sac, on plonge dans l’eau et …

Celui-ci, c’est le bon!  Ouverture du sac! You riiince, you riiiince, you riiiince (3 times!)

Un trésor apparaît! Il sont forts ces ricains!

Hou!!!! Des cailloux!

Le plus difficile a finalement été de décoller les enfants de la flotte.

Ouais, de l’eau!!!! Un plaisir simple: splich splach! A contre-courant

En dehors de nos escapades, nous avons essayé de profiter de Madison tout simplement.

Nous sommes devenus des habitués du zoo.

What’s up Dude? Un petit tour de manège, pardon du Carousel de la conservation des espèces, pour la route Notre belle famille ;-)

Le playground de West Town Mall n’a plus de secret pour Alban et Thomas

On voit le bout du tunnel Méga fiesta!

La dégustation des glaces de l’Université de Madison non plus. Et ce depuis Memorial Union Terrace avec vue sur le lac Mendota.

Une cuillère pour papa … … et puis une pour Alban aussi, faut pas plaisanter! Le lac Mendota

Alban à Memorial Union Terrace

Vu que c’était la dernière fois, on a réussi à s’accommoder DU truc de l’été à Madison: les travaux.

On refait les voies sur University Avenue On construit sur le Campus On réorganise les carrefours (misère, je ne vais plus me retrouver!)

Comme le dit le dicton (ce dicton existe dans tous les états avec un hiver froid et long), il y a deux saisons dans le Wisconsin: l’hiver et la construction. Résultat, l’été les routes sont déviées, les grues fleurissent, les plots de chantiers aussi, c’est le souk complet. On en viendrait presque à souhaiter que l’hiver revienne vite 😉 .

Et surtout, on a passé du temps avec ceux qui ont fait de notre séjour dans le Wisconsin un vrai bonheur, nos amis.

Alban a eu la part du lion avec moult playdates avec Béatrice. Vous saviez qu’avec un peu d’imagination (et quelques craies) on peut faire une partie de pêche et une promenade en voiture sans quitter son jardin?

Tut tut, pouet pouet, on conduit (depuis la banquette arrière?) Ca mord! Une fois pêché, le poisson est dégusté sans perdre un instant…

Avec des coton-tiges, on peut aussi faire de la peinture.

La concentration est à son maximum Une fleur rose pour Bea girly girl Pour Alban, … késaco?

Comme Nicole, Fred, Béatrice et Léon quittaient aussi le Wisconsin pour s’installer dans l’état de New York, nous avons fait un barbecue d’au-revoir avec le groupe de mamans qui m’avait si bien accueilli à mon arrivée. Les enfants et les activités ont bien changé en 3 ans!

Les heureux parents! Une toile parachute, des parents et des enfants … … des jeux sans fin!

Alban est un bon papa! Cédric a gardé son âme (et sa souplesse!) d’enfant Thomas aussi a des copains de son âge

Une petite chanson tous ensemble Et un petit mot d’amour pour Bea

Nous avons aussi fêté le 4 juillet avec Carine, Olivier, ses parents, Jules, Emma et Charlotte. Alban et Thomas étaient au taquet depuis le matin grâce au ballon acheté par Cédric. Mais ils ont tenu jusqu’au feu d’artifice vu depuis le lac. Et en musique!

Bleu Blanc Rouge, mais avec des étoiles et des rayures Pour l’hymne national, y a encore un peu de boulot mais le coeur y est Sur le ponton, juste avant le feu d’artifice

En parlant de musique, nous avions déjà profité d’un concert on the square avec Tom et Friedemarie et Mary-Beth, une de nos anciennes voisines de Cheyenne Circle. Le concept est simple, un concert gratuit de musique classique par l’orchestre de chambre du Wisconsin (+ un invité différent à chaque concert), à côté du Capitole, au moment du dîner. C’est en plein air, convivial (tout le monde sort son pique-nique) avec une programmation musicale de bonne qualité. Le seul problème, cette manifestation a beaucoup de succès.

L’ochestre La foule! De l’autre côté, pas mieux…

Qu’on ne vienne pas me dire que les yankees sont des incultes 🙂 . On a quand même réussi à de trouver une petite place, à déguster le délicieux pique-nique préparé par Fridemarie et à apprécier la musique (il y a des haut-parleurs tout autour du Capitole). Alban s’est même fait des amis! Et on a fini par une petite danse car toute cette musique, ça donne envie de remuer!

Ouf, nous voilà installés Alban “socialise” Avec succès!

Et on termine par une petite danse!

Nous avons aussi pris le temps d’aller une dernière fois à la ferme des Farrar. On a visité un peu les environs et surtout passé un excellent week-end avec Tom et Friedemarie qui nous ont entouré durant tout notre séjour.

Prêts pour la balade! Au pied de la falaise Dans la falaise

Sur la falaise  Ca donne le tournis, hein Thomas?

Et on a pu profiter à nouveau des talents de cuisinière de Friedemarie!

Barbecue avec bratwurst: miam! Un bon repas en bonne compagnie: le bonheur!

Les enfants ont particulièrement apprécié le petit-déjeuner « germanique »: pain aux fruits secs et yaourt aux fruits. Mais il manquait visiblement un peu de jambon pour Thomas le viandard qui s’en est pris aux orteils de son frère 😉 .

Ch’est bon! J’aurais dit excellent … … mais ça manque de viande!

Un peu nostalgique cet article mais haut les cœurs, il nous reste encore du boulot avant le départ!

Le déclic!

samedi, juillet 10th, 2010

Aux alentours de l’anniversaire d’Alban, j’ai commencé à faire un truc réprouvé par tous les pédiatres et sites internet (sans parler de mes copines américaines pour qui contraindre les enfants, c’est MAL!), mettre un peu la pression à Alban pour qu’il se décide à utiliser le pot et pas juste à s’asseoir dessus pour que je lui lise une histoire.

La plupart de mes tentatives pour lui mettre une culotte plutôt qu’une couche avait un résultat invariable:

Nan mais ça va ta tête ou bien? Je veux une couche!

Alban agrippait à sa couche comme un dératé.

Comme je ne suis pas un bourreau d’enfant non plus, j’ai rusé. Et là, il faut admettre que le merchandising à outrance de nos amis américains a parfois du bon. Au détour d’un rayon de supermarché, je suis tombée sur LA SOLUTION:

Les autocollants magiques (ils mettent de la drogue dedans ou quoi?)

Les autocollants Elmo « spécial apprentissage de la propreté ». Le principe est simple, il y a une feuille scotchée à côté du pot avec 5 colonnes et on peut coller un autocollant:

– rouge quand on a demandé à utiliser le pot (si possible avant d’avoir baptisé la culotte ou le parquet)

– rose quand on s’est assis sur le pot

– bleu quand on a vraiment laissé une trace de son passage sur le pot

– jaune quand on s’est essuyé

– vert quand on s’est lavé les mains (ceci implique en effet que l’autocollant bleu et jaune est collé avec des mains à la propreté plus que douteuse 😉 )

Et à  la fin, on a un beau diplôme avec Elmo, Abby, Cookie Monster, Big Bird et Oscar disant qu’on sait utiliser le pot et bye bye les couches.

Apprentissage de la propreté diurne plié en une semaine!

Les 5$ les mieux investis dans un produit dérivé Elmo de toute ma vie (surtout que les autocollant sont trilingues anglais/français/espagnol!).

Il y a de quoi:

– ne pas en revenir de ne pas y avoir pensé plus tôt

Franchement Maman, j’ai honte pour toi!

– admirer l’harmonie des couleurs et des graphismes dignes d’une toile de maître créee à force de pissous

C’est chié non?

– bien se moquer de maman pour l’avoir fait tourner en bourrique jusque là

J’t ai bien eu hein?

– et surtout être drôlement fier de soi. Bravo mon Banou!

Bravo Banou!

A comme…

lundi, mai 3rd, 2010

En ce moment avec Alban, on joue à A comme avion, B comme bateau, etc…

Il m’a déjà fait le coup du A comme Alban (il est pas du genre à s’oublier le loustic) mais il aurait pu me dire A comme artiste parce que depuis quelques temps, Alban expérimente l’art sous bien des formes.

Il a commencé par la musique. Il snobe son petit synthé pour s’installer au « grand » piano et en avant la musique!

Richard Clayderman peut aller se rhabiller Hop changement de réglages! J’attaque l’étude de la marche Turque la semaine prochaine

Il adore évidemment tripoter tous les boutons et surtout celui du volume mais il nous gratifie parfois de prestations piano + chant tout à fait heu, comment dire? Intéressantes! Voilà, c’est ça, intéressantes et personnelles 😉

Lors de notre dernier passage dans un magasin d’éléctroménager, il y avait le jeu vidéo Guitar Hero en démonstration (c’était l’édition Rock Band des Beatles. Il est pas dégénéré!) . Ni une, ni deux, Alban a empoigné la guitare!

Ho hisse! C’est pas gagné la rock attitioude!

Qui s’est révélée un peu lourde et difficile à manipuler. Loin de se décourager, il a empoigné les baguettes de la batterie. Et là, il a choppé le truc super vite. Notez qu’il alterne les coups d’oeil sur son instrument et sur sa « partition » qui défile sur l’écran…

One! Two! One, two, three, four! Je garde le rythme! Hop, un pied sur la pédale. On est pro ou on ne l’est pas. Et maintenant solo!

Ca lui a tellement plu que maintenant il s’entraîne à se jeter du haut du canapé comme les rock stars se jettent du haut de la scène dans le public.

L’escalade est souvent difficile… … mais quelle récompense! L’atterissage reste à améliorer

Enfin, rock star, c’est bien joli, mais il faut aussi penser aux textes des chansons. Alban n’hésite donc pas à piocher dans notre bibliothèque de temps en temps: les histoires de Oui-Oui, Tchoupi et Petit Ours Brun, c’est limité en vocabulaire.

On lui dit qu’il le tient à l’envers le bouquin?

Alban goûte aussi l’art culinaire. Il faut dire que niveau bouffe, il ne faut pas lui en promettre. Et Thomas prend le même chemin…

Le service est déplorable ici! T’as raison, faut vraiment tout faire soi-même!

La pâtisserie en général et les sablés en particulier n’ont donc plus de secret pour lui. Mais ce qu’il préfère, c’est quand même le moulin à purée!

Et hop, une pincée/poignée (à la Maïté) Une bonne purée de carottes homemade. Qui c’est qui va avoir les cuisses roses?

Au rayon artistique, nous avons profité de l’hiver pour l’initier au patinage du même genre. Il faut dire qu’à Madison, le moindre étang se transforme en patinoire et que la ville gère des locations de patins sur au moins 10 sites. Même en taille enfant!

Tout ceux qui m’ont déjà vu sur des patins (ils ne doivent pas être nombreux et sont priés de garder le silence sous peine de représailles 🙂 ) se doutent que c’est Cédric qui s’est improvisé moniteur. Les débuts sont un peu hésitant mais stylés (on voit une pointe digne d’un triple boucle piqué sur la 2ème photo)

Les débuts sont un peu hésitant Mais quel style!  

Alban est un peu tendu et ne veut pas trop lâcher Cédric mais Thomas donne de la voix pour encourager depuis le banc de touche.

Tu me lâches pas hein? Allez Alban! Allez Alban! Bon vas-y ou c’est moi qui y vais!

Ca fonctionne et Alban se prend pour Candeloro (Elles datent mes références en patinage dis-donc!)

Etape 1: mise sur la voie Etape 2: progresser tranquillement  Etape 3: regarde devant toi!!!

Evidemment, maintenant que la neige a fondu, on revient à des loisirs créatifs plus traditionnels. Je n’ai pas de photos de deux activités qui pourtant occupent une bonne partie de nos journées: l’Aquadoodle (le tapis magique sur lequel on  dessine avec de l’eau) et la Patarev (La meilleure pâte à modeler du monde: si elle sèche, tu l’humidifies et hop, c’est reparti pour un tour. Merci encore Isabelle pour ce cadeau génial) . Sans doute parce que je dois participer. J’ai développé de dons de sculpture de voiture en pâte à modeler, je ne vous dis que ça!

Quand on ne fait pas de la « tatamoyer » ou qu’on ne dessine pas en nettoyant le plancher (activité 2 en 1, je devrais être contente), on fait de la … « teinture ». De la peinture quoi. Avec Cary la super baby-sitter (comme ça je peux prendre quelques photos!).

Alban observe… … et ensuite il en fait à sa tête Qui veut passer commande de ces magnifiques oeuvres?

Lors de nos visites hebdomadaires à la bibliothèque, l’histoire est suivie d’une activité manuelle en rapport avec l’histoire du jour. Et c’est l’occasion de toucher à de nouvelles techniques et à de nouveaux matériaux: découpage, collage, craie, laine, coton,… Après le défi, c’est de reproduire la même activité à la maison avec ce qui traîne.

Cédric et Alban ont l’air perplexe. Il fallait écouter les consignes!

Comme il faut vivre avec son époque, Cédric a fait don à Alban de son vieux portable et lui a installé un programme de dessin pour enfant. Alban trace, colorie, déplace des formes le tout à l’aide de la souris ou du pavé tactile.

Alors, je colle ça là…  Ou plutôt là? Là, c’est parfait!

Une telle maîtrise de l’informatique m’épate mais bien souvent, Alban revient au fondamentaux et s’exprime avec des moyens simples. Comme un bon vieux stylo bic. Et sur des supports qui n’ont rien de virtuels. Comme sa main.

Je dirais que c’est un avion. Ou une baleine?

Ou la joue de son frère…

Ca me donne un côté Albator non?

Enfin, on va quand même pas brider la créativité de notre artiste en herbe…

Alban Toutencarton

Le poisson d’avril de la météo

jeudi, avril 1st, 2010

Je n’avais pas d’idée de bonne blague à faire pour le 1er avril mais heureusement, la météo s’en est chargée pour moi: la météo du jour à Madison, Reims, Aubenas, Menton et Paris.

Météo 1er avril 1  Je vous jure qu’on a rien trafiqué!

En gros (car les vignettes s’affichent vraiment en tout petit), les températures maximales du jour sont pour Reims de 11°C , pour Aubenas de 15°C  , pour Menton de 17°C et pour Paris de 10°C. Pas mal. Mais à Madison aujourd’hui: 27°C! Mouhahaha!

A l’heure où j’écris ce message, alors qu’il est quasiment minuit, il fait encore 22°C. On va bientôt mettre la clim’ en route 😉

Cette année l’hiver a décidé de prendre ses cliques et ses claques vite fait. Il y a un mois, début mars, le paysage autour de la maison était comme d’hab, plein de neige.

Non seulement, il y a de la neige, mais il ne fait pas chaud…

Les journées étant bien ensoleillées, Alban et Thomas continuaient à user leurs fonds de culotte sur les toboggans du parc le plus proche de la maison. Et avec les lunettes de star car la réverbération du soleil flingue les yeux.

Sunset Park sous la neige début mars Qui a les plus belles lunettes? La question reste posée!

Et en  15 jours à peine, le parc est passé de la version hiver à la version printemps. Bon, les couleurs sont plutôt automnales. Mais vu les rigueurs de l’hiver, on peut comprendre que la végétation ait un peu de mal à se remettre.

Sunset Park sans neige Thomas a du mal à reconnaître le paysage… Ah si le toboggan lui dit quelque chose!

On avait déjà eu des redoux suivis d’une bonne vague de froid donc, on pensait donc qu’il allait reneiger. Ben on ne s’était pas trompé… Le 20 mars, on a du ressortir anoraks, bonnets et gants (on ne les avait pas rangé bien loin, on a eu deux hivers pour apprendre qu’ici, il y a 4 saisons en une journée).

La neige, le retour! Mes fleurs sont comme moi, givrées…

Je vous laisse juge de la réaction d’Alban et Thomas qui avaient pris goût à la liberté de mouvement.

C’est quoi ce bordel? Il y’avait bien un pelouse ici hier, j’ai aps rêvé?

Heureusement, la neige n’a pas résisté plus de 24h au mercure qui est remonté en flèche. On a donc multiplié les ballades où tu pars en manteau et tu rentres en pull.

Alban porte un modèle de la collection Hiver Printemps 2010 Finalement, la collection printemps été est tout aussi bien Admirez le tricycle portemanteau au second plan!

Et depuis, c’est la fête! Plus besoin de se prendre la tête à enfiler moufles, écharpes, bonnets et manteau aux loulous plus ou moins coopératifs. On sort dans le jardin comme on est dans la maison.

Thomas le musicien et Alban le dessinateur. Y a du potentiel! Heureusement parce que pour le foot ou le basket, c’est moins bien engagé ;-)

Thomas apprécie de pouvoir poser son auguste fessier par terre sans que celui-ci ne gèle instantanément.

Malgré la triple couche isolante, ça caille les miches! Tout de suite, c’est mieux! Et avec un petit rayon de soleil dans le dos, c’est le top!

Alban apprécie de pouvoir enfiler ses baskets (nom de code « mes chaussures qui brillent », il est trop bling-bling ce petit!) et pouvoir escalader tout ce qui se présente. Ceux qui ont essayé l’escalade en Moon-boots voient de quoi je parle…

Trop facile sans mes après-skis  On lui dit qu’il y a une rampe plus basse, juste à sa hauteur? Par contre, pour la moto, il va falloir des bottes! Et un casque!

Duo sur balançoire All aboard! Le Norais express va partir!

Aujourd’hui et hier, avec les températures estivales, on a même sorti casquette et chapeau.

Alban et sa “sakette” Thomas au loin Thomas en gros plan!

Thomas a un air de Bourvil non? Ou de Laura Ingalls avec une capeline, au choix…

Par contre, on rassure Mamie Josée,  on boit (avant d’avoir soif).

A la votre! Tchin!

A la votre!

Je vous laisse, j’ai de la Biafine à me coller sur la tronche (j’avais pas pris ma casquette moi hier…). Je reviens bientôt pour vous dire si les chocolats de Pâques ont fondu.

Mot d’excuse

mardi, mars 16th, 2010

Chères lectrices, Chers lecteurs,

Je vous prie de bien vouloir excuser l’absence de ma maman sur ce blog. Elle est victime d’une conjonction de circonstances ramenant à peu de choses près son temps libre à son temps de sommeil (elle s’autorise quand même une série débile à la télé de temps en temps et un peu -beaucoup- d’internet tous les jours).

–  Papa Cédric a été très occupé ces derniers temps à taper des trucs à l’ordinateur.

Ca bosse, et ça rigole pas…

Il a même du prendre l’avion pour passer quelques jours à Paris (Alban était tout jaloux!) et passer l’oral pour le concours d’entrée au CNRS. Entre le CNRS, l’ANR et Polytechnique, il a plein de dossiers avec pleins de mots que le commun des mortel ne connaît pas (genre adsorption. Non, il n’y a pas de faute) à rendre dans des délais du genre « pour hier, ce serait parfait ». Il paraît que ça doit nous aider à rentrer en France et qu’on doit le laisser tranquille quand il travaille. Mais on aime trop jouer avec lui alors on va l’embêter quand même. Comme on est trop mignons, il craque et joue avec nous. Après, il est à la bourre. Et il relit et corrige ses projets avec maman jusqu’à 2h du mat’. Ils ont l’air un peu fatigué le matin, je comprends pas, moi je suis en super forme…

Impossible de nous résister! Ferme tes yeux papa! C’est la nouit! I fait jour!

–  Alban paraît décidé à laisser tomber ses couches. Mais comme il prend son temps pour faire ce qu’il a à faire sur le pot, il aime bien avoir de la compagnie. Et c’est maman qui s’y colle.

Faich’

–  De mon côté, j’ai bien compris que la mobilité est un atout capital dans le monde moderne (Hou là, il faut que j’arrête de lire « 10 conseils pour réussir sa lettre de motivation » au dessus de l’épaule de maman). Bref, je marche. Enfin, j’essaie et habituellement je procède par étapes:

Etape 1: j’appréhende l’espace environnant.

C’est sympa comme coin mais un peu dépourvu de meubles auxquels je pourrais m’accrocher

Etape 2: constatant que je suis au milieu de nulle part sans rien à quoi m’accrocher, je panique.

Regard n°35 “Ca va pas le faire, je vais me gauffrer”. Le même que ma mère en haut des pistes de ski.

Etape 3: je me remotive. J’utilise principalement la technique du moulinet de bras (mais parfois, j’en tombe à la renverse) ou du cri suraigu (des fois qu’une main secourable passerait à portée de voix et souhaiterait attendre un peu pour être client(e) Audika).

Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii! Je peux le faire, je peux le faire!

Etape 4: je me lance (et je suis tout flou sur les photos car je vais super vite).

C’est parti!

Cela dit, je ne suis pas encore très au point et j’apprécie une main secourable pour m’assister et/ou relever mon auguste fessier. J’ai bien compris qu’il ne fallait pas embêter papa. Alban et moi on s’emmêle tout le temps les pinceaux. Ca me fait beaucoup rire de tomber sur mon frère mais ce n’est pas très efficace. Du coup il reste … maman!

Comptant sur votre compréhension, je vous prie d’agréer, Chères lectrices, Chers lecteurs, mes poutous les plus baveux.

Votre dévoué Thomas

Votre dévoué Thomas

Splish splash

mercredi, novembre 25th, 2009

Ou le bulletin météo de cet automne alors que la première chute de neige est annoncée demain par la météo.

Je reste sceptique quant à la réalité de ces prévisions car plus l’automne avance, plus il fait doux. En contrepartie, on ne voit pas beaucoup le soleil mais on ne peut pas tout avoir!

On a attaqué le mois d’octobre sous un soleil radieux mais avec des températures de nature à te faire ressortir vite fait ton anorak. Pour se réchauffer, Alban avait trouvé la parade: se vautrer dans les tas de feuilles péniblement ratissés par mes petits bras. Et quand je lui demandais d’arrêter, il envoyait discrétos le ballon de foot pour avoir une excuse et y retourner…

Et hop, on éparpille un peu le tas de feuilles C’est pas moi, c’est le ballon! Oups, il m’échappe encore

Il a bien fait d’en profiter car à partir de mi-octobre, les températures se sont réchauffées mais la pluie a fait son apparition. Et se rouler dans les feuilles mouillées, franchement, c’est moyennement agréable.

Maman, je suis mouilléééééééééé

Heureusement, il y a toujours moyen de trouver à se distraire. Il suffit de chausser les bottes , de partir se promener dans le quartier en suivant la pente naturelle et de guetter les flaques où on peut faire « splish splash ».

Une petite mise en jambe Ah là c’est de la flaque de compétition! Je regarde par terre, je ne veux pas louper LA flaque!

J’en profite pour lancer un appel au peuple car soit on a un problème d’étanchéité sur les bottes (les 2!), soit les flaques du quartier sont très profondes: quelqu’un sait si les cuissards existent en taille 3 ans?

Salopette après essorage

Malgré les danses de la pluie d’Alban (et moi qui chante comme une casserole dans la douche), depuis début novembre, pas une goutte! Mais la douceur est restée elle ce qui nous a valu de sortir très régulièrement sans manteaux, gants, écharpes, bonnets…Ne pas devoir se coltiner dès maintenant l’opération enfilage de manteaux, écharpes, gants, bonnets… aux deux loulous récalcitrants, c’est juste un petit bonheur quotidien. Alban s’éclate donc au parc en polo (à manches longues, il ne faut pas pousser non plus, on est en novembre).

On a du tracter le train jusqu’au parc. Temps de parcours habituel multiplié par 3… Le train aussi a le droit de faire du toboggan

Alban sauteur Alban qui s’accroche Alban qui décroche…

Vous comprenez pourquoi on sort 2/3 fois par jour? 😉 Il a besoin de se dépenser et on hésite pas à lui lancer des défis quand l’ocassion se présente. Pour le moment, ni l’escalade de rocher ni la descente du toboggan de la mort ne lui posent le moindre problème.

Il peut le faire? Je peux le faire!

A nous deux toboggan de la mort! J’arrive trop vite pour maman, la photo est floue!

Finalement, entre le froid et la pluie, on a pas vraiment eu l’occasion d’admirer les belles couleurs d’automne comme les années précédentes. Les feuilles sont tombées très rapidement: en quasiment une semaine, tous les arbres du terrain étaient déplumés (ce qui permet de ratisser en une fois, ça c’est le bon côté). Le phénomène étant général, la municipalité a mis en place les grands moyens pour collecter les feuilles. On était dans le jardin quand les premiers véhicules sont arrivés et Alban, le passioné de voitures, « ca’yons », bulldozers et autres « t’acteurs » en a pris plein les mirettes.

Première étape, toutes les feuilles mises en tas au bord de la chaussée par les riverains sont poussées au centre de la route par un genre de pickup muni d’une lame à l’avant. Le conducteur s’éclate et manoeuvre comme un dingue pour récupérer des gros tas de feuilles coincés entre des arbres et des buissons.  L’employé municipal qui suivait le pickup avec sa soufflette pour nettoyer les bas côtés m’a bien fait rire. Il avait l’air de vouloir vider la mer avec une cuillère! Une fois que toutes les feuilles (ou presque) sont au milieu, le pickup remonte la rue, prend son élan et redescend à toute blinde pour faire un gros tas au bout de la rue, soit juste devant chez nous.

Avec ta soufflette, t’as pas l’impression de vider la mer avec une cuillère? Pour le moment, à part déplacer le problème…

Alban était déjà bien chaud et il saluait le passage du pickup par des gesticulations et des encouragements de son cru.

Alban chef d’orchestre dirige la manoeuvre

Mais ce n’était qu’un début. Pour la deuxième étape, un gros camion benne est arrivé et un autre pickup a chargé une partie des feuilles collectée dans la rue perpendiculaire à la notre.

2 pickups, 1 camion. Que de possibilités pour rendre un Alban heureux!

Alban était bien sûr enchanté de tout ce ramdam (entre le moteurs, les bips de reculs, le bruit de la soufflette, on ne s’entendait plus!) mais il s’est gratté la tête quand le camion est parti sans charger le gros tas de feuilles.

Il en reste les gars! Partez pas!

C’était juste pour permettre l’étape n°3 ou apothéose: un bulldozer (et pas une mini-pelle!) est venu charger une noria de camions (rien que dans notre toute petite rue, le volume de feuille est conséquent). Alban en était comme deux ronds de flanc et j’avoue que j’ai aussi admiré la dextérité du conducteur du bulldozer qui a fait très vite pour charger les camions. Il a aussi réussi à tasser les feuilles dans les bennes sans en arracher la moitié, respect!

Le bulldozer rentre en action En tassant bien, on peut encore en mettre un peu Le premier camion est plein, au suivant!

Quand tout ce monde là a enfin mis les voiles, Alban a désespérément scruté le ciel pour voir si un avion ou un hélico n’allait pas surgir et finir le travail. Il faut croire que la mairie n’a pas les moyens car c’est notre voisin (le retraité maniaque au jardin parfaitement entretenu) qui a fignolé le lendemain en … balayant le carrefour. Il faut vraiment que je lui propose de venir s’occuper de notre jardin s’il s’ennuie chez lui!

Et paf l’oiseau!

mercredi, octobre 21st, 2009

Certains matins, tu te fais tirer du lit hyper tôt (genre vers 8h30!) tu te réveilles tranquillement et de bonne humeur, il fait beau dehors, tu t’apprêtes à prendre le petit déjeuner et là …. Paf l’oiseau dans la baie vitrée du salon.

Tu le vois à moitié assommé par terre alors n’écoutant que ton courage, tu vas le secourir. Comme tu n’es pas réveillé (tu n’as pas avalé ton café, il faut comprendre), tu manques d’écraser un copain qui apparemment suivait l’oiseau suicidaire numéro 1 (on le voit décoller à la 28ème seconde de la vidéo)  et n’a pas eu le temps de sortir les aérofreins.

La suite en vidéo

Avertissement: cette vidéo contient des images insoutenables pour le bon goût: on est coiffés comme des dessous de bras, en pyjama (et j’assume, je porte des chaussettes pour dormir et des chaussons Croc’s dont l’esthétique est décriée par certains. J’ai adopté les priorités américaines: le confort avant l’élégance: bouhou!).

En plus de la vidéo, quelques photos une fois l’oiseau « réchopillé » (remis sur pied) comme on dit par chez moi par les « cayesses » (caresses) et encouragements d’Alban. On l’a mis par terre, à l’abri des plantes pour lui laisser le temps de récupérer complétement sans être une proie trop facile pour les corneilles, corbeaux, faucons et autres prédateurs du coin.

Regardez, mais si regardez attentivement … … sous les plantes, il y a un oiseau! J’ai pas de séquelles!

Au début, on voulait le mettre dans une suspension pour éviter les prédateurs terrestres (rares en pleine journée il faut bien l’admettre) mais j’ai eu cette phrase prouvant si besoin est qu’avant mon petit déjeuner mon cerveau ne fonctionne pas vraiment (comment ça après le petit-déj. non plus 😉 ): « Non, mais si ça se trouve, c’est un bébé, il ne sait pas voler ». Il s’était sûrement pris la vitre en nageant…

En tout cas, Cédric est ressorti 10/15 minutes après et a vu l’oiseau s’envoler donc mission sauvetage accomplie! Sachant que ce n’est pas la première fois que ça arrive (n’est-ce pas Jean-Paul?), il va falloir trouver un truc à coller sur nos vitres pour arrêter le massacre. Je vais commencer par ressortir les décos d’Halloween de l’année dernière, ensuite on avisera…

Alban content!

dimanche, septembre 20th, 2009

Globalement, Alban a toujours aimé l’eau. Mais depuis quelques temps, c’était à condition d’être mouillé très partiellement. Genre les mains pour « m’aider » à faire la vaisselle ou jouer avec ses voitures et une cuvette d’eau dehors. Voire les pieds en arrosant les fleurs.

J’arrose la plante J’arrose les cailloux J’arrose mes pieds!

Pour le reste (notamment la douche) pas question! Ou alors il faut engager l’épreuve de force (toujours pour la douche) ce qui implique:

– de ne pas tenir spécialement à ses tympans,

– de découvrir qu’avec seulement deux bras il est difficile de tenir la douchette tout en le savonnant et tout en l’empêchant de se carapater de la baignoire en enjambant le rebord,

– de ressortir de la salle de bain aussi trempée que lui,

– et de passer 1/2h à éponger.

Bien que les américains soient persuadés que les français ne se lavent pas ou très peu, à notre niveau la répétition bi- voire tri-hebdomadaire de la douche épreuve de force nous a amené à une grande opération séduction: Alban, l’eau est ton amie. (Pour dire qu’on partait de loin, quand Cédric s’est baigné dans le lac en Juillet, Alban était en pleurs sur la plage et criait « Pas dans l’eau Papa, pas dans l’eau ». Il était en sucre dans une vie antérieure ou quoi?)

La première phase a été brillamment menée par Cédric: camouflage derrière le bouleau, attaque surprise et poursuite du Alban qui détale.

Cédric est planqué derrière le bouleau Cédric bondit hors de sa cachette Et pshtttt

Alban étant joueur, il ralouille un peu au début puis revient demander « Encore Papa de l’eau ».

Au secours, je fonds…. Encore Papa de l’eau!

La deuxième phase a consisté à insister lourdement sur le fait que c’était trop bien d’aller dans l’eau, de se baigner, de prendre sa douche, … Tchoupi a été un auxiliaire précieux: il va à la piscine, au bord de la mer, se fait un aquarium à la plage, prend son bain, …

Tchoupi à la piscine Tchoupi à la plage Tchoupi prend son bain (en même temps, c’est un pingouin, il n’a pas de mérite à aimer l’eau ;-)).

Des fois, l’addiction à Tchoupi a du bon 😉 . Thomas nous a aussi donné un coup de main en démontrant tous les soirs à quel point le bain, c’est trop bien. Et ce, alors qu’il est obligé de barboter dans une baignoire qui ne grandit pas aussi vite que lui (le confort laisse à désirer, je vous dis pas!).

Vous auriez la même à ma taille SVP? Mais quand même, le bain, c’est bien!

La phase 3 a consisté à appâter le Alban réticent. Matériel nécessaire: un sprinkler (arroseur), un papa qui excelle dans le « je passe sous le sprinkler, je me fais mouiller c’est rigolo » et une météo clémente (la dernière condition étant évidemment la plus compliquée cet été).

Démonstration de “je passe sous le Sprinkler c’est rigolo” par Cédric

On peut dire que le succès fut au rendez-vous.

Un peu sur la défensive au début La décontraction arrive Et là, c’est carrément l’enthousiasme

Alban a fini trempé comme une soupe mais ravi.

Plus un poil de sec! Et c’est pratique aussi quand on a soif!

Là où on s’est dit qu’on avait gagné c’est quand en sortant du zoo, on est passé à pied le long du lac Wingra, qu’Alban a couru sur la plage et qu’il a lui même demandé à Cédric d’aller dans l’eau. Cette fois là, nous n’avions pas l’appareil photo (ni de maillot de bain d’ailleurs….) mais pour l’encourager à persévérer dans la voie aquatique, on s’est empressé d’y retourner. Et là Alban a répété en boucle « Alban content, Alban content, Alban content ». Un vrai bonheur!

Je mets mes pas … … dans les pas de mon père

Je suis Mac Gyver: avec une algue, je fabrique… … un ponton!

Je prends mon élan et je me jette à l’eau

Même Thomas était ravi!

Thomas et ses lunettes de star

Tout joyeux, limite trop fiers de nous genre on assure grave, on est rentrés à la maison. En se disant, un coup de douche vite fait bien fait pour débarrasser Alban du sable, des algues et de la vase du lac, rien de plus facile. Résultat:

Naaan!!!!!!!!!!!!! Pas la douche!!!!!!!!!!!!!!

Même(s) joueur(s) joue(nt) encore!

PS: juste pour ne pas laisser planer le doute sur le fait qu’on traumatise inutilement la prunelle de nos yeux, Alban après la douche, ça donne ça:

Alban avec un A comme Actor’s studio…